Capture d’écran 2021-03-30 à 12.02.40.

Enfin un espoir dans la lutte contre le VIH


Près de 35 ans après la découverte du VIH-1 par des chercheurs pasteuriens (découverte récompensée en 2008 par le prix Nobel de médecine) le sida reste un fléau inacceptable. Le VIH est aujourd’hui une des causes principales de décès dans le monde pour les adolescents et les femmes en âge de procréation. Le nombre de nouvelles infections augmente actuellement en Europe de l’Est et, en France


PRÈS DE 37 MILLIONS DE PERSONNES SONT ACTUELLEMENT INFECTÉES, DANS LE MONDE

EN FRANCE, ENVIRON 6000 NOUVELLES CONTAMINATIONS PAR AN



Des volontaires sont recherchés pour entamer la phase 1 de l’essai clinique qui doit débuter en avril 2021 , pour un vaccin préventif contre le virus du sida.

Ce vaccin, développé en France, fait appel à une technologie innovante


Il est mené par des Français, les chercheurs du VRI (Institut de recherche vaccinal), un laboratoire établi par l’Agence nationale de recherche sur le Sida (ANRS), l’Inserm et l’université de Paris-Est Créteil.



Une méthode innovante


Le candidat vaccin, appelé « CD40.HIVRI.Env », repose sur une technique unique au monde. Les chercheurs ont ciblé les cellules dendritiques pour combattre les agressions du virus du Sida. Ces cellules sont en fait les sentinelles de notre système immunitaire.


Concrètement, comment ça fonctionne ?


Des anticorps auxquels sont accrochés des fragments de VIH sont lancés directement sur ces cellules. « Ce vaccin est innovant parce qu’il est fondé sur ce qu’on connaît de mieux en immunologie, explique Yves Lévy, spécialiste de l’infection par le VIH.


On a disséqué ce qui était indispensable dans l’organisme pour induire une réponse immunitaire qui soit capable de protéger contre le virus.

Ce que nous avons conçu, c’est un vaccin qui amène précisément aux cellules la quantité nécessaire du pathogène, c’est-à-dire du VIH, pour essayer d’induire les meilleures réponses immunitaires. »

Trois administrations du vaccin sont nécessaires : deux à un mois d’intervalle et la dernière six mois après.

Cette technologie a fait ses preuves lors des essais pré-cliniques (sur des animaux) et pourrait être utilisée pour créer des vaccins anti-Covid, selon les chercheurs.


La combinaison du vaccin testé avec un vaccin à ARN Messager pourrait amplifier la réponse immunitaire et ainsi d’obtenir une meilleure efficacité, notamment contre les variants.


Pourquoi le développement d’un vaccin préventif est-il important ?


« Un vaccin préventif s’adresse à des personnes séronégatives, qui risqueraient d’être exposées."

En 2019, 1,7 million de nouvelles contaminations par le VIH ont été recensées dans le monde, selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé). « Aujourd’hui, on sait quels sont les groupes à risques : les plus jeunes s’infectent, il y a une diminution des règles de prévention. Nous avons d’autres outils de prévention, mais le vaccin sera central dans la prévention pour freiner la dynamique de l’épidémie », explique Yves Lévy.

La dernière tentative de vaccin préventif contre le VIH remonte à 2009. En France, 6 200 nouveaux cas sont recensés chaque année, et 25 000 personnes ignorent qu’elles sont porteuses du virus.


Actuellement, aucun médicament ne permet de guérir de cette maladie.


12 vues0 commentaire